24 AVRIL 2019

Le matériel sportif à l'épreuve de l'accessibilité


Avec la question de l’accessibilité des sports et des loisirs, se posent également celles de l’innovation et de l’adaptation du matériel, de la formation et du développement. Adapter du matériel sportif implique d’aimer relever des défis, d’être à l’écoute des pratiquants et de pouvoir former les utilisateurs.





Une tyrolienne entièrement accessible


Véritable innovation, le parcours accrobranche handisport du Port aux Cerises a ouvert au grand public en 2013. Chaque année, il accueille une quinzaine de personnes en situation de handicap.

En 2010, l’UCPA remporte la gestion de l‘île de loisirs de Port aux Cerises. En 2012, les équipes prennent contact avec la région Île-de-France afin d’agrandir le parcours pour le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite. À l’époque, aucun parcours accrobranche adapté au fauteuil roulant n’existe en France.

Nelson Emo, responsable des activités de l’île de loisirs de l’époque, construit une plateforme prototype carré d’1,20m, susceptible d’accueillir une personne en fauteuil au niveau de chaque arbre du parcours. Aidés par une structure spécialisée dans la fabrication de fauteuils roulants tout terrain, les équipes UCPA adaptent l’accrobranche pour hisser le fauteuil sur la première plateforme, à l’aide d’un treuil. Ce n’est que le début de l’aventure ! En effet, c’est la mise en accessibilité de la tyrolienne qui s’est révélée être le plus grand défi. 


Serge Klipfel, actuellement responsable technique au sein du Groupe G2M, a développé le fauteuil traceS tout chemin, adapté à la pratique des sports de nature (course d’orientation, randonnées ou promenades nature, handi canicross, accrobranche, parapente). Nelson et lui ont réfléchi à la meilleure façon d’adapter ce fauteuil au cordage et d’ajouter de nombreuses possibilités d’accroche de mousquetons. Une fois le fauteuil sportif trouvé et le matériel accrobranche adapté, il a fallu penser à la sortie du parcours.

Imaginez une grande tyrolienne de 230m de long au-dessus de l’étang des Mousseaux qui se pose en douceur sur une piste de tartan !

Aujourd’hui, les équipes de G2M poursuivent l’adaptation de ce fauteuil en essayant d’alléger la structure grâce au carbone. Ils développent aussi un fauteuil pour faire du parapente avec la Fédération Française de Vol Libre.

L’ouverture de la tyrolienne à une personne en situation de handicap nécessite la présence de 2 accompagnants pour équiper le fauteuil, le hisser sur la première plateforme puis assurer les différentes manipulations indispensables à son évolution d’une plateforme à l’autre.  



Entre innovation et réglementation


Si certaines évolutions du matériel sportif sont nées dans des ateliers d’usine spécialisés dans la transformation de matière par thermoformage, d’autres sont le fruit de bricoleurs amateurs résolus à procurer des sensations de glisse. Dans les années 70, la passion, l’inventivité des moniteurs UCPA et leur goût pour la nouveauté les avaient conduits à fabriquer les premiers monoskis, baptisés à l’époque “La Petite Jeannette”. Côté océan, les premiers modèles de surf proposés aux clients étaient faits maison dans les différents centres UCPA du littoral. Ils bricolaient le matériel afin de permettre aux clients de pratiquer de nouvelles activités. L’histoire de l’association Magic Bastos est née de la même passion. Pour permettre à Bastien, victime d’un accident de kitesurf en 2005, de renouer avec les sensations de glisse en wake assis, Manu Guillon de l’association Magic Bastos a fabriqué un châssis en acier soudé pour fixer une coque de ski alpin sur une planche classique de wakeboard. Cette adaptation a sensiblement amélioré le maintien de l’assise. Après quelques années, l’entreprise TESSIER a travaillé sur un matériel plus performant avec plusieurs réglages adaptables en fonction du handicap. Aujourd’hui, une cinquantaine de personnes pratiquent régulièrement le wake assis et tous les étés des wake camps sont organisés par l’association.



Spécialisée dans le « ski assis », l’entreprise TESSIER propose aujourd’hui la plus large gamme de matériel de ski adapté du marché pour permettre à tous, quel que soit son handicap, de skier au maximum de ses capacités et de son autonomie. Depuis 1995, date de création de l’entreprise par Pierre Tessier, l’innovation est concentrée dans un premier temps sur l’adaptation du matériel pour la pratique du ski avec le Tandem’Flex pour les personnes disposant de faible capacité motrice, notamment du haut du corps, le Dualski, ou encore, l’Uniski. Puis, plus récemment, Tessier s’est ouvert aux pratiques sportives estivales avec le Cimgo développé avec l’association Loisirs Évasion en 2009 et avec le Swaik, matériel de ski nautique et wakeboard, en 2016.

Les défis à relever pour développer du matériel sportif accessible sont multiples. Comme il s’agit d’un marché de niche, le développement repose sur des fonds propres pour du matériel spécifique produit en petites quantités. La réglementation, quant à elle, n’est pas toujours simple car si le Cimgo dépend de la réglementation du cycle, l’homologation du matériel ski handisport dépend des normes européennes d’accessibilité des remontées mécaniques. En réalité, le matériel sportif tout juste sorti des ateliers est souvent en marge des normes européennes.

De plus, le matériel seul ne peut pas garantir la pleine accessibilité de la pratique, il faut aussi mobiliser tous les acteurs qui ont un rôle à jouer dans l’adaptation du milieu comme les remontées mécaniques ou les stations pour les pistes. Par exemple, les équipes UCPA de Serre Chevalier et Val Thorens sont en mesure de proposer des vacances handisport où Tandem, Dualski et Cimgo sont utilisés pour le ski et le VTT car les pistes et la station permettent leurs utilisations sur le domaine.

Le matériel de loisirs, une fois développé, est testé pendant une saison dans des écoles de ski partenaires avant sa commercialisation en France puis à l’étranger un an plus tard. Le matériel de compétition est lui développé avec le concours des athlètes handisport, membres de l’équipe de France.




Les séjours handisport hiver à l'UCPA


En partenariat avec la Fédération Française Handisport, l’UCPA organise des vacances handisport pour des jeunes en situation de handicap moteur, visuel ou auditif depuis 2012.


Témoignage


Vanessa, 

monitrice de ski UCPA

Ce qu’il ne faut pas perdre de vue quand on pilote, c’est la finalité de notre présence : faire plaisir à la personne qui est dans le fauteuil, avant de s'en faire à soi. Que le jeune puisse communiquer ou non, sa joie reste perceptible au travers de ses gestes, des sons qu’il émet, et parfois, des signes d’affections qu’il témoigne.



Des formations pour s’approprier le matériel


Pour développer la pratique adaptée, Il faut aussi mettre en place des formations pour les utilisateurs de matériel sportif spécifique. Les moniteurs UCPA participent régulièrement aux formations dispensées par la FFH, indispensables à l’encadrement de certaines disciplines.

Pour la conduite du tandem, la formation dure 5 jours pour les moniteurs de ski. Il est nécessaire d’apprendre le pilotage de l’engin, car le pilote porte des chaussures, les pieds bloqués dans des étriers. En ski, par exemple, depuis 2016, 22 moniteurs UCPA ont été formés au pilotage Handi-ski.

Issue d’une licence STAPS avec une spécialité Ergonomie du sport qui comprend des connaissances sur l’amélioration et l’innovation du matériel sportif, Vanessa a toujours été très intéressée par la pratique sportive adaptée.

Quand elle est arrivée à l’UCPA, elle a eu la possibilité de faire une formation Tandem à St-Lary en 2012, puis une seconde formation au pilotage de 3 jours en Dualski où le moniteur conduit.

Depuis qu’elle est formée, Vanessa encadre, chaque hiver à Serre Chevalier, deux semaines de groupes handisport avec l’UCPA,

quatre sessions avec le comité handisport des Hautes-Alpes, trois sessions à Val Thorens pour les vacances sportives handisport UCPA et les jeunes en classes transplantées qui viennent en leçon particulière.

Vanessa propose, une fois par saison, des sessions de sensibilisation à ses collègues pour leur permettre de découvrir les engins, de se familiariser avec les sensations associées et leur donner envie de se former à leurs pilotages.




Aller plus loin
avec l'UCPA



Vous souhaitez en savoir plus sur l'engagement de l'UCPA en faveur de l'égalité des chances, vous avez envie de monter un projet ?


Articles liés




Cap' loisirs sportifs

Pour une pratique sportive régulière des jeunes en situation de handicap


VACANCES SPORTIVES HANDISPORT

Des vacances sportives adaptées aux publics en situation de handicap moteur ou sensoriel


LES VACANCES SPORTIVES ACCESSIBLES

Dépasser les freins liés au handicap, adapter la pratique sportive, proposer un encadrement adapté…