17 janvier 2019

Enquête : pratiques sportives des 16-25 ans, les tendances 2018


Depuis 2016, l'UCPA s’est associée avec la FAGE et l’UNEF pour créer L’observatoire des pratiques sportives des 16-25 ans. Cet observatoire vise à mieux comprendre et suivre les évolutions et les tendances de fond qui marquent la pratique sportive des 16-25 ans.

Contacts presse

Angèle Roblot

Laëtitia Verdier






Enquête, les résultats


En effet, les résultats de 2018 confirment les tendances qui émergeaient en 2016. Réguliers dans leur pratique sportive, curieux de s’essayer à diverses activités, autonomes et dans le partage, les jeunes sont très loin des clichés qui peuvent leur être attribués.

Au cœur de cet observatoire, l’UCPA révèle les résultats d’une enquête sur les loisirs sportifs des 16-25 ans réalisée par le CREDOC (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie) auprès d’un échantillon représentatif de 1000 jeunes qui chaque année permet de suivre les évolutions, les nouveautés et d’explorer de nouvelles dimensions des loisirs sportifs des 16-25 ans.




Cette année, tous les indicateurs sont à la hausse et les tendances déjà observées les années précédentes se confirment. En effet, aujourd’hui 75% des 16-25 ans font du sport au moins une fois par semaine (+7 points par rapport à 2015) et 53%, plusieurs fois par semaine voire quotidiennement (+8 points par rapport à 2015).





Pourquoi les jeunes ont-ils une pratique sportive si régulière ? Avant tout pour se sentir bien dans leur corps et dans leur tête. Pour 69% d’entre eux il s’agit de rester en bonne santé, 61% ont besoin de se défouler et pour 39%, cela leur permet de gagner confiance en eux. Sur la question du bonheur, ils sont quasiment unanimes : 82% des jeunes qui déclarent avoir une pratique sportive hebdomadaire se disent heureux.





En plus d’être toujours plus assidus dans leur pratique sportive, ils recherchent davantage de diversité et pratiquent en moyenne 3 activités en 2018, contre 2,4 en 2016.




En 2018, ils sont désormais plus d’un jeune sur deux à faire du sport à domicile (+25 points vs 2015). Les pratiques sportives en pleine nature ou en ville sont elles aussi en hausse, avec, 37% des jeunes qui font du sport en pleine nature (+6 points vs 2015) et 29% en milieu urbain (+7 points vs 2015).





Le top 10 des sports les plus pratiqués par les 16-25 ans confirme, pour la quatrième année consécutive, une appétence marquée pour la musculation et le fitness. Cependant, après 3 ans en 2ème position, le running est, cette année détrôné par le football et est relégué en 3ème position. La danse connait une très forte progression dans le classement avec la 5ème place en 2018 (8ème en 2017). Enfin, le top 10 compte de nouvelles entrées : le tennis et la boxe en 8ème et 9ème positions.





Le sport rime aussi avec entraide et partage. En effet, 60% des 16-25 ans prêtent leur matériel à des proches, 39% partagent des photos d’eux, sur les réseaux, dans le cadre de leur pratique sportive (+11 points VS 2015) et pour 1 jeune sur 2, le sport permet de développer sa capacité à échanger avec les autres.




Pratiques sportives des 16-25 ans : les tendances


L'UCPA a été à la rencontre de 4 jeunes qui témoignent d'une pratique sportive emblématique d'une génération


Analyse


Julien Fuchs
socio-historien, spécialiste des cultures sportives et de la jeunesse. responsable du département "Management du sport" de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education de Brest.

Chaque année depuis 2015, les résultats du baromètre UCPA "Pratiques sportives des 16-25 ans" confortent les impressions des observateurs de la pratique juvénile en même temps qu’ils font vaciller quelques certitudes. Les tendances 2018-2019 n’échappent pas à la règle et stimulent elles aussi la réflexion.
On sait les jeunes assidus, multi-pratiquants et à la recherche de diversité dans leurs expériences. Les 16-25 ans sont aujourd’hui encore plus nombreux à faire du sport régulièrement, et plusieurs fois par semaine pour plus de la moitié d’entre eux. Ils privilégient aussi une pratique plurielle déclarant trois activités préférentielles contre 2,4 en 2016. Ils sont également de plus en plus sensibles à la diversification des espaces de pratique : si le sport à domicile continue d’être leur modalité privilégiée, le besoin de pratiquer en pleine nature ou d’investir la ville est lui aussi en nette augmentation.
Ces tendances rassurent face à la crainte d’un décrochage de l'activité physique de la jeunesse. Le sport apparaît bien comme un lieu d’engagement et d'expression, une manière pour les jeunes d’affirmer leur rôle social. Mais ces tendances interrogent également. Les cultures sportives des jeunes, c’est indéniable, évoluent et viennent percuter le modèle compétitif traditionnel et les instances sportives dans leur manière encore trop rigide et descendante d'accompagner et de penser la pratique.
C’est sans doute sur le plan des valeurs et des apprentissages que les lignes bougent le plus. Si les jeunes plébiscitent la pratique sportive, c’est d’abord parce qu'elle est un lieu de partage et d’échanges. C’est aussi et surtout parce qu’elle leur offre la possibilité d’être plus autonomes dans leurs choix, de progresser ensemble et de ressentir des émotions positives. En un mot, d’être plus heureux. Il est fondamental que notre société sache encourager une telle ressource de lien social et d’épanouissement individuel et collectif pour sa jeunesse. Reste pour les milieux sportifs et socio-éducatifs à inventer un modèle tenant mieux compte des attentes et des évolutions en cours.




La dataviz 2018-19


Retrouver, ci-dessous, la dataviz complète avec toutes les données de l'enquête 2018 sur la pratique sportive 16-25 ans. 


Articles liés




institutionnel

Enquête 16-25 ans : quelles places pour la mixité et la pratique féminine dans le sport ?


Institutionnel

Enquête : la pratique sportive des 16-25 ans et les tendances 2017


institutionnel

Enquête : 40% des 16-25 ans créent du contenu photo ou vidéo pendant leur activité sportive